Le Rêveur éveillé 
Maisons familiales
Biographie  
Nantes en Bretagne  
Les Amis
Livre d'Or
Sondage

Liens "coups de cœur"

La Famille 

 

Les Poèmes

 

Les bruits du matin
.
L'illustrateur

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


Les amis de Michel Noury

Cette page est construite avec beaucoup d'informations extraites du chapitre sur la peinture écrit par Monsieur Vincent Rousseau dans un livre sur l'histoire de  Nantes.
 
 


1970 - Michel Noury et quelques uns de ses amis réunis autour de Marie Jo Marot, créatrice de la galerie "Michel Columb"


 
 
 

                                                              1948 - de gauche à droite : Michel Noury, Jean Chabot, Robert Le Ricolais, Emile Pescher
 

Michel Noury et  Jean Chabot à La Guitière, 1973


D es amis, Michel Noury en a beaucoup, de toute provenance et de toute époque de sa vie.

  C eux avec lesquels il fondera le « Groupe Régional Indépendant », première affirmation selon lui d'un «  art régional authentique » ; ceux avec lesquels il mènera, fidèlement et avec passion, le combat pour la reconnaissance de «  Nantes, ville bretonne » et qui explique qu'il ne voudra jamais, malgré les sollicitations, quitter sa ville natale.
 

 

 

 

Sur ce dessin, Michel Noury a représenté quelques uns de ses amis, avec leurs noms

 
E n 1936, la présidence du Musée des Beaux-arts de Nantes fut confiée à Julien Lanoë.  Sous son impulsion et jusqu'en 1970, le musée accueillit une vingtaine d'expositions qui avaient principalement pour but de montrer l'art vivant au public nantais. Mais pour ménager la sensibilité de celui-ci, on fit jouer la corde patriotique en lui faisant découvrir les artistes originaires de la ville qui jouissaient d'une certaine notoriété hors de leur cité natale: Maxime Maufra, Pierre Roy, Jean Gorin, Camille Bryen. Sans négliger toutefois de signaler à l'attention des nantais les créateurs demeurant parmi eux: Paul Deltombe, Michel Noury, Henry Leray etc...

Cliquer pour agrandir

Le cirque du Bouffay à Nantes
Jacques Philippe 1939



 


La Loire à Nantes
 Xavier Maufrat


 

Cliquer pour agrandir

Cliquer pour agrandir

Cliquer pour agrandir

"Le Port du Croisic" - 1906
 Xavier Maufrat
"Le Café de la Marine" 
Pierre Roy
"La Loire à La Patache"
Paul Deltombe
 
 

Cliquer pour agrandir

"Le Bois Madame"
Bernard Roy

Cliquez sur les toiles pour les agrandir

Cliquer pour agrandir

"Aquarelle marine"
Donatien Roy
 
E n 1931, l'artiste Paul Deltombe fut nommé à la direction de l'école des Beaux-Arts de Nantes.
L'ambiance qui, sous sa présidence, régnait alors à l'école eut sur les élèves une heureuse influence. Il est certain également que Paul Deltombe a encouragé la création du Groupe Régional Indépendant en 1934 par Michel Noury, Paul Durivault, Jacques Philippe, Jean Chabot et Henry Leray.
 
 
 

Portrait de peintres nantais par Jacques Philippe - 1937
de gauche à droite: Jacques Philippe, Michel Noury, Paul Durivault, , Emile Pescher
 
C 'est dans l'atelier de H. Leray, rue Petitpierre, que se réunissaient les artistes nantais qui admiraient Matisse, Rouault, Dufy, Picasso, etc.., mais affirmaient haut et fort leur identité bretonne et leur indépendance artistique.
 

Portrait d'Henry Leray par F.X. Josse

 
 
D e 1934 à 1941, le Groupe Régional Indépendant organisa sept expositions et c'est à cette époque que le critique d'art nantais Gavy-Beledin commença à parler d'une "école nantaise".
Ce sont les galeries nantaises "Paul Goulet" , "Mignon-Massart"  et bien sûr
Marie-Jo Marot dans sa galerie "Michel columb"qui accueilleront la plupart de ces expositions.
A cette époque, les structures officielles de décentralisation n'existaient pas et les conseillers artistiques ne prospectaient pas encore les talents régionaux. Il fallait du courage pour espérer vivre de son art en province et aussi lutter contre le conformisme ambiant.
 
 

Les amis du "Groupe des Indépendants"
Michel Noury
 
E n 1954, Michel Noury présenta au Palais de la Bourse un bilan de "vingt ans de peinture du Groupe Régional Indépendant". La préface du catalogue fut écrite par Julien Lanoë, président des Amis du Musée et le vice-président de cette association . Jean Lamarre prononça le discours d'inauguration en soulignant les qualités de ces artistes "jamais éloignés de la nature et de la vie" attachés à une certaine figuration.
 
I l est vrai qu'en ces temps où l'abstraction triomphait à Paris, ces propos pouvaient paraître retardataires ou provocateurs. En fait, l'attachement au réel a toujours été un tremplin pour le rêve des peintres nantais. Pierre Roy en est le meilleur exemple.
 

N ous retrouvons aujourd'hui cet esprit chez Philippe Cognée, Jean Fléaca, André Théval, Benoist-Gironnière,

 

Cliquer pour agrandir

"Violaine"
Benoist-Gironnière
 
...et bien d'autres qui, chacun à leur manière, témoignent de cet "expressionnisme onirique" que Nantes est peut-être la seule ville à pouvoir revendiquer légitimement.
 
*
E n 1970, neuf artistes nantais aux personnalités différentes, figuratifs ou abstraits, se retrouvaient pour signaler par des expositions communes, l'existence à Nantes d'une création libre et inventive: le groupe "Archipel" était formé de Jean Billecocq, Louis Ferrand, Jorj Morin, Dominique Chantreau, Maurice Cadou Rocher, Henry Leray, Laure Martin, Arnault Saint Loubert-Bié et Michel Noury, mais ce dernier quitta le Groupe en 1974, car il ne le trouvait pas assez breton.     
 
  Gaston Chaissac exposa pour la première fois à Nantes en 1948 au Musée des Beaux-Arts, et ce fut à cette occasion qu’il fit la connaissance de Marie-Jo Marot qui venait d’ouvrir à Nantes la galerie Michel Columb.
 
L es Amis du Musée accueillirent avec bienveillance le travail de Gaston Chaissac et c’est sous l’impulsion de Michel Noury que l’Association des Amis du Musée lui acheta des œuvres dès 1954.
  

I ls organisèrent, au musée des Beaux-Arts en 1961, la première exposition importante de Gaston Chaissac – aux côtés d’Edouard Pignon – et firent à cette occasion l’acquisition de « La Cène » :

 

Cliquer pour agrandir

"La Cène" (1950)
Gaston Chaissac

 

 

E t puis, il y eut Jules Paressant , "honnête chirurgien de province", comme il aimait à se définir lui-même, mais aussi et surtout formidable peintre, sculpteur et graveur. Le journaliste et essayiste nantais Philippe Hervouët lui a récemment consacré un livre:

 

 
 
 
Jules Paressant et Michel Noury, tous deux artistes nantais, se connaissaient bien et s'appréciaient beaucoup, comme en atteste la lettre que Jules Paressant adressa à Michel Noury en 1979 à l'occasion d'une exposition de ce dernier:
 
 
 
  Lettre à Michel Noury
 

Guernesey, le 2 avril 1979.

 
Cher Ami, Noury Michel,
 
Bien tranquille et désœuvré dans cette île chère à Victor Hugo, je viens t'envoyer la préface
que j'aurais pu faire pour ton exposition si je m'étais senti capable de ce genre d'exercice.

Mais je me suis tellement moqué de ce genre de littérature et j'ai tellement ricané

devant des élucubrations que je lis tous les jours que j'ai eu peur de "la paille et de

la poutre".
 

Et pourtant, j'aurais voulu te dire et dire à tous l'admiration que j'ai pour ton art. Je

connais ton œuvre depuis 1937. Sans te connaître, j'avais été très impressionné par les

fresques de l'Associationdes Etudiants, rue Lekain. Leur truculence colorée m'avait évoqué

James Ensor et les expressionnistes allemands. Tu as continué dans cette voie en y ajoutant

une poésie intime et cet "onirisme celte" auquel tu tiens tellement. Avec tout cela,

tu fais du Noury pour notre plus grande joie.
 

Voilà ce que je voulais te dire car je ne voudrais pas que tu crois que je me suis dérobé

lâchement quand tu m'avais demandé cette introduction. Je voudrais que tu saches bien

pourquoi et dans quelle condition je me suis un peu lâchement défilé.
 

S'il ne tenait qu'à moi, j'aurais voulu te pousser à avoir une ambition plus nationale

ou même internationale. Mais c'est sans doute toi qui as raison. Rappelle-toi ce poème

de Cadou:
 

Pourquoi n'allez-vous pas à Paris ?

Mais l'odeur des lys! ,

Mais l'odeur des lys !
 

Garde donc l'odeur des genêts et des ajoncs et continue à errer Place du Commerce

et Place de la Petite Hollande en restant bien Noury.

 
Toute mon amitié.
 
Jules Paressant.
 

Je me promène et je dessine dans cette campagne 1/3 anglaise, 1/3 française, 1/3 bretonne.

Le soleil et la pluie se donnent le relais. Le: whisky est bon.

Salut à bientôt.

 
 
 
 
A suivre...

 

Pour m'écrire et/ou me transmettre des documents sur Michel Noury (photos, documents, anecdotes,...), mettez un petit mot sur le Livre d'Or, je vous répondrai.